Tout savoir sur les méthodes de soudure

Lorsque vous commencez à apprendre à souder, il est facile d’être submergé par la quantité d’informations disponibles sur le sujet. Il peut être difficile de commencer votre parcours de soudure sans connaître les différents types de soudure qui existent. Certains sont plus faciles à apprendre, tandis que d’autres sont assez difficiles.

Alors que certains types de procédés de soudure produisent des cordons propres qui sont visuellement attrayants et ne nécessitent que peu ou pas de nettoyage, d’autres types produisent exactement le contraire. Quel type de métal comptez-vous souder ? Cela fait une différence. Pour aider à simplifier le sujet, nous avons compilé des informations importantes concernant neuf différents types de procédés de soudure.

Les principales méthodes de soudure

Sans prétendre à l’exhaustivité de la liste, voici les méthodes fréquemment utilisées en soudure.

TIG – soudure à l’arc au gaz tungstène (GTAW)

Le premier type de soudure est la soudure TIG, qui porte également les noms de soudure à l’arc héliarc et au gaz de tungstène (GTAW). Avec ce type de soudure, l’électrode est non consommable et en tungstène.

C’est l’un des rares types de soudure qui peut être effectué sans métal d’apport, en utilisant uniquement les deux métaux soudés ensemble. Vous pouvez ajouter un métal d’apport si vous le désirez, mais vous devrez l’alimenter à la main. Un réservoir de gaz est nécessaire avec la soudure TIG pour fournir le débit constant de gaz nécessaire pour protéger la soudure. Cela signifie qu’il est généralement mieux exécuté à l’intérieur et à l’abri des éléments.

La soudure TIG est un type de soudure précis qui crée des soudures visuellement attrayantes et ne nécessite pas de nettoyage, car il n’y a pas d’éclaboussures. En raison de ces caractéristiques, il s’agit d’un type de soudure difficile qu’il est préférable de réserver aux soudeurs expérimentés.

Soudure à l’arc avec fil fourré (FCAW)

Ce type de soudure est similaire au soudure MIG. En fait, les soudeurs MIG peuvent souvent effectuer une double tâche en tant que soudeur FCAW. Tout comme dans la soudure MIG, un fil qui sert d’électrode et de métal d’apport est introduit dans votre baguette. C’est là que les choses commencent à différer. Pour FCAW, le fil a un noyau de flux qui crée un écran de gaz autour de la soudure. Cela élimine le besoin d’une alimentation en gaz externe.

Le FCAW convient mieux aux métaux plus épais et plus lourds, car il s’agit d’un type de soudure à haute température. Il est souvent utilisé pour les réparations d’équipement lourd pour cette raison. C’est un processus efficace qui ne crée pas beaucoup de déchets. Puisqu’il n’y a pas besoin de gaz externe, il est également peu coûteux. Il restera cependant un peu de laitier et il faudra un peu de nettoyage pour faire une soudure magnifiquement finie.

Bâton – soudure à l’arc sous protection métallique (SMAW)

Ce processus de soudure a commencé dans les années 1930 mais continue d’être mis à jour et amélioré aujourd’hui. Il est resté un type de soudure populaire car il est simple et facile à apprendre, ainsi que son faible coût d’utilisation. Cependant, il ne crée pas les soudures les plus nettes, car il éclabousse facilement. Un nettoyage est généralement nécessaire.

Un “bâton” d’électrode remplaçable joue également le rôle de métal d’apport. Un arc est créé qui se connecte de l’extrémité du bâton aux métaux de base, faisant fondre l’électrode dans le métal d’apport et créant la soudure. Le bâton est recouvert d’un flux qui crée un nuage de gaz lorsqu’il est chauffé et protège le métal de l’oxydation. En refroidissant, le gaz se dépose sur le métal et devient du laitier.

Comme il ne nécessite pas de gaz, ce procédé peut être utilisé à l’extérieur, même par mauvais temps comme la pluie et le vent. Il fonctionne également bien sur les surfaces rouillées, peintes et sales, ce qui le rend idéal pour les réparations d’équipement. Différents types d’électrodes sont disponibles et faciles à échanger, ce qui facilite la soudure de métaux de différents types, même si ce n’est pas idéal pour les métaux fins. La soudure à la baguette est un processus hautement qualifié avec une longue courbe d’apprentissage.

MIG – soudure à l’arc sous gaz et métal (GMAW)

La soudure MIG est une forme simple de soudure qui peut facilement être réalisée par de nouveaux soudeurs. MIG est synonyme de gaz inerte métallique, bien qu’il soit parfois appelé soudure à l’arc sous gaz et métal (GMAW). Il s’agit d’un processus rapide qui consiste à faire passer le métal d’apport à travers la baguette, tandis que le gaz est expulsé autour d’elle pour la protéger des éléments extérieurs. Cela signifie qu’il n’est pas idéal pour une utilisation en extérieur. Pourtant, c’est un processus polyvalent et peut être utilisé pour souder de nombreux types de métaux différents à différentes épaisseurs.

Le métal d’apport est un fil consommable alimenté à partir d’une bobine et il sert également d’électrode. Lorsque l’arc est créé de la pointe du fil au métal de base, le fil fond, devient un métal d’apport et crée la soudure. Le fil est alimenté en continu à travers la baguette, vous permettant de composer votre vitesse préférée. Fait correctement, la soudure MIG produit une soudure lisse et serrée qui est visuellement attrayante.

Soudure par faisceau laser

Ce type de soudure peut être utilisé sur des métaux ou des thermoplastiques. Comme son nom l’indique, cela implique l’utilisation d’un laser comme source de chaleur pour créer les soudures. Il peut être utilisé sur les aciers au carbone, l’acier inoxydable, les aciers HSLA, le titane et l’aluminium. Il est facilement automatisé avec la robotique et est donc souvent utilisé dans la fabrication, comme dans l’industrie automobile.