Les équipements de protection individuels ou EPI

L’EPI est utilisé pour la protection du travailleur. En général, ces équipements constituent une barrière ou un bouclier entre une ou plusieurs parties du corps et le danger, de manière à protéger le travailleur contre un risque éventuel ou à éviter ou réduire les dommages résultant d’un accident. Un casque empêche un objet de heurter directement la tête, des gants de protection chimique assurent une barrière entre la peau et la substance chimique, un oculaire filtrant les radiations évite les dommages aux yeux, etc.

Utilisation selon les circonstances

Il existe des situations dans lesquelles l’EPI est conçu pour protéger contre plusieurs risques qui peuvent survenir simultanément, par exemple des coquilles anti-bruit attachées à des casques de sécurité ou des lunettes de protection contre les radiations et les chocs.

De plus, le travailleur utilise l’équipement pour se protéger lui-même et non des tiers. Les équipements de protection utilisés pour protéger les personnes autres que celles qui les portent ne sont pas des EPI. Par exemple : vêtements ou masques utilisés dans certains secteurs de la santé pour prévenir la contagion des personnes ou vêtements ou gants utilisés par les manipulateurs d’aliments pour protéger les aliments.

Les vêtements de travail ordinaires et les uniformes qui ne protègent contre aucun risque et qui ne sont utilisés que pour préserver les vêtements personnels ou à des fins d’uniformité en tant qu’élément différenciateur d’un groupe ne sont pas des EPI. Par exemple : les uniformes du personnel d’accueil, des hôtesses de l’air, du personnel de maintenance, des employés des supermarchés, etc.

Cependant, lorsque l’uniforme d’un certain groupe intègre un type de protection spécifique contre un risque qui pourrait menacer leur sécurité et leur santé, lesdits uniformes seront considérés comme des EPI. Par exemple : vêtements du personnel des services de jardinage qui portent des éléments de haute visibilité.

Quand utiliser les EPI ?

En général, la décision d’utiliser un EPI doit être précédée de l’évaluation des risques obligatoire, car en fonction de ses résultats, l’ensemble des mesures préventives et des activités à mener pour éliminer ou réduire et contrôler lesdits risques sera déterminé. Dans la planification de ces mesures, les principes d’action préventive seront pris en compte, de sorte que l’adoption de mesures techniques de protection collective et/ou organisationnelle doit primer sur la protection individuelle. Si ces mesures ne suffisent pas, les EPI seront utilisés comme dernière barrière de protection entre la personne et le risque.

Il existe plusieurs raisons pour lesquelles les EPI doivent être considérés comme le dernier recours :

  • Protège uniquement la personne qui le porte tandis que les mesures de contrôle à la source protègent tout le monde sur le lieu de travail.
  • Les niveaux maximaux de protection des EPI sont difficiles à atteindre en pratique et le niveau réel de protection est difficile à évaluer. Une protection efficace ou réelle n’est obtenue que par des EPI appropriés, correctement ajustés et utilisés, et correctement entretenus.
  • L’EPI peut limiter l’utilisateur d’une certaine manière, entravant ses mouvements ou sa visibilité.

À titre indicatif, une liste non exhaustive des situations dans lesquelles l’utilisation d’EPI est habituellement nécessaire est indiquée ci-dessous :

– Lorsque la mise en œuvre des mesures techniques et organisationnelles nécessite un certain temps, les EPI seront utilisés à titre transitoire jusqu’à ce que ladite mise en œuvre soit effectuée avec pleine efficacité. Cependant, l’utilisation des équipements de protection individuelle comme mesure transitoire ne s’appliquera jamais lorsque le travailleur concerné est confronté à des situations de risque grave et imminent.

– Dans les situations où il n’y a pas de solutions techniques ou autres raisonnables pour résoudre le problème, l’EPI sera utilisé jusqu’à ce que le progrès technique permette d’autres alternatives.

– Lorsque les expositions sont peu fréquentes et/ou de courte durée et qu’il est justifié que d’autres mesures de protection ne puissent être adoptées. Par exemple, l’utilisation de protections auditives contre les risques dérivés de l’exposition au bruit généré par une machine mise en marche occasionnellement et pour une courte durée et dont le remplacement, l’enveloppe ou les mesures d’isolation et/ou d’amortissement impliquent un investissement disproportionné.

– Dans les opérations de nettoyage, de maintenance, de dépannage, de transformation d’équipements, etc., car il s’agit de situations de travail dans lesquelles, pour mener à bien l’activité, il peut être nécessaire d’annuler temporairement un système de protection. Par exemple, les tâches de nettoyage de la scie à disque sont effectuées avec le protecteur de disque retiré, donc, malgré le travail avec la machine complètement déconnectée, le risque de couper avec le disque existe toujours.

– Lorsque les informations qui, conformément aux normes en vigueur, doivent être fournies par le fabricant, l’importateur ou le fournisseur de machines, d’équipements, de produits ou d’outils de travail, indiquent la nécessité d’utiliser des EPI. Par exemple, lorsque la fiche de données de sécurité d’un produit chimique ou d’un mélange dangereux indique la nécessité d’utiliser des gants de protection chimique lors de la manipulation du produit. Cependant, au-delà de ces informations, il est nécessaire de prendre en compte les conditions de travail dans lesquelles lesdits équipements, produits, etc. vont être utilisés, de prendre en compte tous les facteurs de risques, et ainsi faire un bon choix d’EPI, à condition que les mesures techniques et/ou organisationnelles n’aient pas été suffisantes.

– Dans tous les travaux dans lesquels des EPI doivent être utilisés, toutes les données relatives au risque et aux EPI sélectionnés doivent être dûment documentées, ainsi que la personne responsable de leur sélection et de leur contrôle. Cette documentation sera mise à la disposition de l’autorité du travail, des travailleurs et de leurs représentants et du service de prévention ou des travailleurs désignés, le cas échéant.